Tour de Grande-Bretagne, Wout Van Aert et d’autres n’ont toujours pas reçu leur prix de course

Les problèmes du Tour de Grande-Bretagne et de British Cycling n’en finissent pas. Désireuse de reprendre l’épreuve après la faillite de SweetSpot, la société organisatrice du Tour de Grande-Bretagne ces dernières années, aujourd’hui mise en liquidation, la fédération britannique devra également assumer les dettes accumulées par l’épreuve, du moins à l’égard des coureurs. C’est ce qu’a clairement expliqué à CyclingWeekly Adam Hansen, président du CPA, le syndicat des cyclistes professionnels, qui précise que la fédération devra prendre en charge ce montant, conformément au règlement de l’UCI, puisqu’il s’agit évidemment d’une épreuve affiliée.

Nous sommes au courant de la situation et nous avons déjà commencé le processus, rapporte l’ancien pro australien, si après le règlement il ne reste pas assez d’argent pour payer les primes, ce sera à la fédération britannique de prendre en charge les coûts, comme le prévoit le règlement de l’UCI. D’une manière ou d’une autre, les coureurs récupéreront donc leurs primes si la course est relancée en 2024″.

Un problème non négligeable étant donné qu’il s’agit d’une somme non négligeable, qui dépasse les cent mille euros (dont beaucoup sont dus à Wout Van Aert et à ses compagnons de la Visma | Lease a Bike, protagoniste absolu de l’édition passée avec cinq victoires d’étape au total (quatre d’Olav Kooij et une du Belge), en plus de la victoire finale obtenue par le phénomène flamand, à son deuxième succès dans l’épreuve après son triomphe en 2021.

Lire Aussi  Giro dell'Appennino 2023, également deux vétérans du Giro d'Italia dans la sélection du Green Project-Bardiani CSF-Faizanè

Chantal Martin