Trofeo Laigueglia 2024, Lenny Martinez triomphe en solitaire ! 2ème Andrea Vendrame, 3ème Juan Ayuso

Magnifique succès de Lenny Martinez à Trophée Laigueglia 2024. Départ au sommet de la dernière ascension du Colla Micheri d’un petit groupe qui avait pris l’avantage au tour précédent à la suite d’un débordement de sa part, le joyau Groupama – FDJ a réussi à résister pour une poignée de secondes aux poursuivants, emmenés par Andrea Vendrame (Decathlon Ag2r La Mondiale) devant Juan Ayuso (UAE Team Emirates), qui est revenu en finale après avoir manqué l’action décisive, également en raison de la présence de son coéquipier Jan Christen en tête, qui est à l’origine de l’action décisive à trois tours de l’arrivée après avoir forcé le service de l’Espagnol.

La vidéo de l’arrivée

L’histoire de la course

Après le départ officiel, c’est tout de suite la grande bagarre pour enlever l’échappée, mais le rythme élevé ne permet pas de prendre l’avantage. Ils y parviennent après huit kilomètres Michele Berasi e Filippo D’Aiuto (General Store-Essegibi-F.lli Curia), qui a réussi à prendre un avantage de près d’une demi-minute. Il tente de les rattraper, sans succès, Matthew Kingston (Mg.KVis Colors for Peace), qui a été rapidement absorbé par un groupe qui a également rattrapé les deux outriders peu de temps après.

Après 14 kilomètres, le peloton est donc de nouveau compact, mais bientôt cinq autres hommes prennent l’avantage : il s’agit de David Martin Romero (Équipe Polti-Kometa), Diego Bracalente (équipe MBH Bank Colpack Ballan), Ben Granger (Mg.KVis Colors for Peace), Marco Palomba (Magasin général-Essegibi-F.lli Curia) et Immanuel D’Aniello (Work Service Vitalcare Dyantek). Cette tentative a immédiatement décollé et, après 30 kilomètres de course, son avance atteignait 5’30 », se stabilisant par la suite à 5′ grâce au travail de Décathlon Ag2r La Mondiale e Groupama-FDJ.

Le long de la montée de la Cima Paravenna, dont le GPM est remporté par Bracalente, c’est ensuite au tour de la VF Group-Bardiani CSF-Faizanè pour donner le rythme, une action qui a coûté aux fuyards près de 1’30 » dans la seule montée. Mais dans la suite de la course, le rythme du peloton a de nouveau ralenti et les cinq attaquants ont repris un avantage de près de cinq minutes, une marge qui est restée stable jusqu’à la mi-course. A l’approche de l’ascension du Testico, le groupe s’est remis à pousser et les fugitifs se sont retrouvés avec seulement 3′ d’avance avant même le sommet de l’ascension.

Le forcing dans le groupe se poursuit par la Intermarché – Wantyqui réduit l’écart à 1’58 » au sommet du GPM, en rattrapant D’Aniello, qui a perdu le contact avec les poursuivants dans l’ascension. Dans la ligne droite suivante, le Groupama – FDJdont le rythme a fait éclater le groupe, ne laissant qu’une trentaine de coureurs à l’avant. L’alerte a été donnée dès la fin de la descente de Villanova d’Albenga, mais cette accélération a conduit à la fin de l’échappée, qui a été rattrapée avant même d’aborder les cinquante derniers kilomètres.

Lire Aussi  Il y a un an… Giro d'Italia, Mauro Vegni confirme : « Nous avons demandé à l'UCI de reporter la course à partir de 2023 »

Alors que l’entrée dans le circuit final est imminente, les UAE Team Emirates se portent massivement à l’avant. Le premier à se mettre au service de ses compagnons est Rafal Majka, suivi de près par Marc Hirschi, puis Alessandro Covi et Juan Ayuso arrivent également en tête, imités un peu plus tard par Jan Christen. Un quintet redoutable qui, dans la première montée de Colla Micheri, a immédiatement fait une grande sélection. Au sommet, le groupe était toutefois encore compact et juste avant la descente, Lorenzo Rota (Intermarché-Wanty) a repris quelques mètres dans les premières rampes de la descente.

Derrière lui, personne ne parvient à faire la différence et le Bergamasque finit donc par gagner une vingtaine de secondes qu’il ne souhaitait sans doute pas dans ces conditions. Après être resté dans le collimateur du groupe pendant tout le tour, attendant que quelqu’un le rattrape, Rota s’est fait reprendre dans la montée suivante de Colla Micheri, où Majka et Covi ont tiré leurs dernières cartouches sur les capitaines. L’accélération la plus nette a eu lieu quand c’était le tour de Jan Christen, qui a brisé le groupe avec Juan Ayuso dans sa roue. Il ne restait plus que Filippo Zana (Team Jayco-AlUla), Romain Gregoire (Groupama-FDJ), Lenny Martinez (Groupama-FDJ), Louis Barré (Arké-B&B Hotels) et Davide De Pretto (Team Jayco-AlUla), qui a pu revenir avec Paul Lapeira (Decathlon Ag2r La Mondiale).

Ces hommes ont plongé dans la descente avec quelques secondes d’avance sur le reste du peloton, mais il y avait peu d’entente et lorsque Christen s’est détaché, Ayuso n’a pas voulu porter le fardeau de l’allure. Barré et De Pretto ont donc poursuivi leur route, tout comme Lapeira, Ayuso se rapprochant néanmoins des autres. Inévitablement, le rythme a baissé à ce moment-là, ce qui a permis à d’autres coureurs de revenir. Les Émirats arabes unis décident alors de changer de stratégie et lancent Christen à l’attaque. Andrea Vendrame (Decathlon Ag2r La Mondiale) est parti rapidement avec lui, tandis que Darren Rafferty (EF Education Easypost) est parti immédiatement derrière, suivi par Lenny Martinez (Groupama-FDJ). Christian Scaroni (Astana Qazaqstan Team), Davide De Pretto (Team Jayco AlUla) et Alessandro Pinarello (VF Group-Bardiani CSF-Faizanè) les accompagnaient également, formant un petit groupe de sept hommes en tête.

Dans la montée, c’est Martinez qui a tout de suite imposé son rythme, mettant Pinarello en difficulté, tandis que les autres parvenaient à suivre, même si De Pretto a dû céder aux sprints successifs du Français. Vendrame, lui, s’en sort mieux et après avoir été détaché dans la montée, il peut rejoindre les quatre autres coureurs en tête dans la descente, alors que c’est fini pour Pinarello et De Pretto, qui sont repris par un petit groupe dans lequel Ayuso tire les ficelles. Avec lui, Lapeira Hirschi, Rota, Gregoire et Zana, tandis que Simone Velasco (Astana Qazaqstan Team) était le nouveau venu dans cette tentative, qui n’a toutefois pas trouvé d’entente, à tel point que Pinarello a tenté de bousculer les choses avec un nouveau sprint.

Lire Aussi  Volta a Catalunya 2024, Nick Schultz n'en revient pas de sa victoire : "C'est une énorme surprise pour moi, je travaillais pour Williams".

Une tentative malheureuse qui est suivie d’une nouvelle phase d’impasse, manifestement à l’avantage des hommes de tête, qui disposent désormais d’une marge de trente secondes. Rejoint par d’autres hommes, Barré tente un sprint en contre-attaque avant de revenir vers Colla Micheri et son action semble trouver le bon rythme, si bien que dans les premières rampes de l’ascension, il parvient à revenir à cinq secondes des leaders qui commencent à s’étudier. Scaroni et Rafferty ont essayé d’accélérer le rythme, en repoussant le retour du transalpin, mais c’est le sprint de Lenny Martinez qui a brisé la poignée d’attaquants.

Le grimpeur transalpin se retrouva seul avec Christen, qui put tenter à son tour, mais sans détacher l’heureux vainqueur de la Classique du Var. Ce dernier, après avoir répondu aux accélérations de son rival, a au contraire placé un sprint vif en vue du col, prenant les mètres d’avance qui lui permettaient d’entamer seul la descente. Dès les premières rampes de la plongée vers Andora, il était clair que Martinez en avait plus que son rival, gagnant jusqu’à 15 secondes, tandis que Christen semblait maintenant sur le point d’être rattrapé par les trois autres, emmenés par un Vendrame qui savait qu’il en avait plus que tout le monde dans le sprint.

Un sursaut de courage du talentueux Suisse lui permet de repousser les assauts de ses poursuivants et de se rapprocher considérablement des fuyards, mais son ardeur s’éteint sur le Capo Mele, dont le dénivelé non rédhibitoire fait mal après deux cents kilomètres et un final de haute intensité. C’est là que Lenny Martinez a définitivement construit sa victoire, s’envolant vers un succès désormais incontesté. Derrière lui, qui peut fêter sereinement un dernier kilomètre triomphal, Christen est repris par les autres, mais aussi par un Juan Ayuso soudainement réapparu, qui montre encore une fois une très bonne jambe aujourd’hui. L’Espagnol a donné du fil à retordre au sprint, mais il a été dépassé par l’expérimenté Andrea Vendrame, qui a ainsi répété sa deuxième place de la saison dernière, bien que cette fois-ci il n’y ait pas eu de coéquipier devant lui.

Résultat Trofeo Laigueglia 2024

Chantal Martin