UAE Team Emirates, Tim Wellens aux côtés de Pogacar : « Je veux accompagner Tadej au Tour, si quelqu’un peut faire un doublé, c’est bien lui ».

Tim Wellens est prêt pour la nouvelle saison. L’année 2024 vient de commencer et le coureur de la UAE Team Emirates se prépare à vivre sa deuxième année sous le maillot de l’équipe Emirates. Après une saison faite de hauts et de bas, qui a bien commencé mais qui a été interrompue par une fracture de la clavicule au Tour des Flandres qui l’a empêché de participer au Tour de France jusqu’à son retour gagnant au Renewi Tour, le coureur flamand veut que 2024 soit une année protagoniste. Une année au cours de laquelle le coureur né en 1991, avec des victoires d’étape au Giro d’Italia et à la Vuelta a España à son actif, tentera de réaliser un bon printemps, en tant que leader étant donné l’absence de l’Espagnol. Tadej Pogacaret a ensuite essayé de participer à la Tour de France dans lequel il aidera son capitaine.

« En principe, je ferai les mêmes courses que durant la première partie de l’année dernière, à la différence près que je commencerai un peu plus tard, en février au lieu de janvier », a déclaré l’athlète de 32 ans dans une interview accordée à cyclingnews – La raison est que même avant ma chute dans les Flandres, j’ai senti que mon niveau baissait et nous ne voulons pas que cela se reproduise. Après cela, je ferai une petite pause et je commencerai à me préparer pour le Tour de France. Je suis honoré de faire partie de la présélection pour le Tour avec les Émirats arabes unis, malgré tant de grands noms, et mon objectif est de faire du bon travail pour l’équipe. J’aimerais être un membre important de l’équipe en France.

Lire Aussi  Tour de France 2023, Krists Neilands : "Je suis déçu car je suis passé tout près et je ne sais pas si ça se reproduira"

Avant la Grande Boucle, il se mettra donc à nouveau à la disposition du Slovène, qu’il a appris à connaître la saison dernière mais avec qui il a tout de suite noué de bonnes relations. « Ce qui m’impressionne le plus chez lui, c’est qu’il garde toujours les pieds sur terre et ne se sent pas meilleur que les autres alors qu’il est le seul coureur à pouvoir se sentir meilleur que n’importe qui d’autreparce qu’il est le meilleur coureur du monde. Il est resté parfaitement normal et la façon dont vous le voyez sur les médias sociaux et à la télévision est exactement ce qu’il est dans la vraie vie. Il ne joue pas un rôle. Il aime ce qu’il fait et il est certainement très jovial. Mais en plus d’être un bon cavalier, il est facile de s’entendre avec lui car c’est aussi une personne très sympathique.

Désireux de faire partie de l’expédition vers la France parce que le parcours lui convient parfaitement, mais aussi parce qu’il vit à Monaco, « pas si loin de l’arrivée, donc c’est bien de penser que je peux faire la dernière étape le dernier jour et rentrer à la maison à vélo », le coureur flamand regrette qu’il aurait été encore plus agréable de passer aussi par la Belgique la première semaine, mais souligne néanmoins qu’il s’agit d’un « beau Tour ». Il souligne en particulier une étape qu’il apprécie et qui pourrait être décisive : « J’ai toujours aimé ces sections de terre, et même si j’espère que personne n’y perdra de temps en tombant, il y a plusieurs façons de perdre le Tour sur cette étape. Par exemple, si vous tombez parce que vous êtes en 50ème position, alors vous êtes tombé parce que vous étiez trop loin ou vous pouvez perdre le Tour en cas de crevaison, mais c’est quelque chose que personne n’espère…. »

Lire Aussi  Visma|Lease a Bike, Attila Valter dément les rumeurs d'intimidation de Cian Uijtdebroeks à Bora : "Il ne sait pas d'où elles viennent".

Avec un parterre annoncé de très haut niveau, dont son équipe UAE Team Emirates fera évidemment partie, il alignera également Joao Almedia, Juan Ayuso e Adam YatesWellens est enthousiaste à l’idée qu' »il y aura plus de concurrence ». Parmi ses adversaires, il voit son compatriote Remco Evenepoelqui, à l’heure actuelle, est peut-être le moins bien établi parmi les challengers : « Remco a certainement une grande chance, même s’il n’est pas aussi fort que Tadej. Cependant, personne ne doute de Remco. S’il a gagné la Vuelta, il peut évidemment gagner le Tour ».

Enfin, les commentaires ne manquent pas sur la possibilité du doublé Giro-Tour que Pogacar tentera en 2024 : « Je pense que l’équipe est très intelligente et qu’elle sait ce qu’elle fait pour relever ce défi. Ils ne le font pas trop pour le faire. Il a prouvé pendant trois années consécutives qu’il était le meilleur coureur du monde, donc personne ne peut essayer de le faire plus que lui. C’est pourquoi, si quelqu’un peut faire le doublé, c’est bien Tadej.« .

Chantal Martin