UAE Tour 2024, Tim Merlier et Ilan Van Wilder les fers de lance de Soudal-QuickStep

La Soudal-QuickStep a choisi les sept hommes pour leTour des Émirats arabes unis 2024. L’équipe belge sera au départ de la course par étapes émiratie qui se déroulera à l’occasion du UAE Tour 2024. du 19 au 25 février avec Ilan Van WilderIlan Van Wilder, bon sprinteur dans les contre-la-montre et bon grimpeur, tentera de s’imposer au classement général. Pour les nombreux sprints au programme (la course comprend quatre étapes de sprint, un contre-la-montre individuel et deux étapes de montagne), tout reposera sur les épaules de Tim Merlierqui arrive impatient de concourir et de se confirmer comme l’un des meilleurs sprinters du peloton dans une course qui compte quelques-uns des meilleurs spécialistes mondiaux au départ.

Quand la route commencera à monter, aux côtés du jeune Van Wilder mais aussi comme alternatives potentielles, il y aura certainement les Tchèques. Jan Hirtqui est particulièrement à l’aise dans les courses du Moyen-Orient, comme il vient de le démontrer au Tour d’Oman, où il a terminé derrière Adam Yates et l’équipe belge de l’équipe de France. Mauri Vansevenant, lui-même en évidence dans le voyage de ces derniers jours. Quant au train qui soutiendra le sprinteur belge, il sera composé de trois compatriotes, Jordi Warlop, Bert Van Lerberghe e Ayco Bastiens qui essaieront de la conduire au mieux pour la mettre en condition de réussite.

« Nous arrivons au UAE Tour avec une équipe polyvalente et beaucoup de confiance », explique le directeur sportif Geert Van Bondt, « Notre objectif est une victoire d’étape et pour cela nous avons Tim, qui peut compter sur Bert et Jordi pour l’entraîner. Mais nous pouvons aussi essayer de faire un bon classement : Jan est en bonne forme, comme le montre son résultat à Oman, tandis que Mauri et Ilan, qui se débrouille bien dans le contre-la-montre, peuvent aussi faire quelque chose de bien. Le vent jouera un rôle important, surtout dans les premiers jours, nous y serons donc attentifs et nous verrons comment il peut influencer la course.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Andreas Leknessund : "Je suis calme, je n'ai rien à perdre"

Chantal Martin