Visma | Lease a Bike, Jonas Vingegaard : « Je suis content de ce que je fais, mais je pense que je peux encore progresser ».

Avec la symphonie d’attaques et de victoires qui s’est déroulée à la O Gran Camiño 2024, Jonas Vingegaard a atteint le quota remarquable de 31 succès dans sa carrière. Parmi eux, deux Tour de France, a Tour du Dauphiné et un Tour du Pays Basqueainsi que deux deuxièmes places aux classements généraux du Tour 2021 et du Vuelta a España 2023. L’armoire à trophées d’un champion, que le Danois, qui vient de fêter ses 27 ans, peut agrandir considérablement, dès la prochaine édition de la Coupe du Monde de la FIFA. Tirreno-Adriatico (4-10 mars), une épreuve du WorldTour qui le placera parmi les protagonistes les plus attendus.

La star de Visma|Lease a Bike a les idées claires : « Je ne pense pas avoir atteint mon maximum. Je veux dire que je pense que je vais très bien et que je suis très heureux de mon état actuel, mais je pense que je n’ai pas encore atteint mon apogée – les mots du Danois recueillis par Marque – Je pense que je peux encore m’améliorer un peu en vue des prochains défis, par exemple les Tour de France 2024″..

En ce qui concerne le prochain Tour, Vingegaard s’attarde sur le parcours : « J’ai jeté un coup d’œil et il a l’air très beau. Je l’aime bien et il a l’air très difficile. Je suis content de la façon dont il est conçu. Il n’y aura pas de Wout van Aert e Primož Roglič sera un adversaire ? Ils me manqueront tous les deux, mais nous avons toujours une équipe forte et je pense que nous pourrons répondre aux autres équipes. Les contre-la-montre ou les étapes de montagne sont-elles plus importantes ? Les deux, il faut s’entraîner dur pour tout faire bien, aussi parce qu’on ne sait jamais quel sera le moment décisif d’une course.

Lire Aussi  Il y a un an… Giro d'Italia, Mauro Vegni confirme : « Nous avons demandé à l'UCI de reporter la course à partir de 2023 »

Un rival qui suscite des inquiétudes particulières, au point de faire partie des « cauchemars » ? « C’est une question difficile, tant il y en a qui pourraient l’être », a déclaré Vingegaard, « mais je ne me concentre pas sur un rival en particulier, il y en a beaucoup. Quant aux cauchemars, je n’en ai pas encore eu (sourires). ndlr.)… ».

Chantal Martin