X2O Trofee, Michael Vanthourenhout se contente de la deuxième place : « J’ai essayé de tenir le plus longtemps possible ».

Michael Vanthourenhout a terminé à la deuxième place dans le cross de Hamme. Le coureur de la Pauwels Sauzen – Bingoal s’est montré enthousiaste dès le début de la course et a pu suivre les premières attaques de Mathieu Van Der Poel (Alpecin-Deceuninck), a ensuite contenu l’écart jusqu’à l’arrivée. Puis, dans le troisième tour, le Belge a dû céder au forcing du champion du monde et a réussi à conserver sa deuxième place, terminant à 16 secondes du vainqueur du jour et devant son coéquipier Eli Iserbyt qui a terminé à la troisième place. Ayant fait preuve d’une grande condition lors des dernières courses, le coureur de 30 ans espère maintenant avoir son mot à dire lors des championnats du monde à Tabor le 4 février.

« J’ai essayé de m’accrocher le plus longtemps possible », ont été les premiers mots après l’arrivée de l’homme de 93 ans, « mais à un certain moment, j’ai dû ralentir pour ne pas perdre complètement le rythme. Ensuite, j’ai simplement couru à mon rythme pour prendre la deuxième place. J’avais de bonnes jambes au départ et vous savez que Mathieu va faire son coup tôt ou tard.

Dans un premier temps, le Belge a suivi le rythme du Néerlandais car « au début, ce n’était pas si mal », mais « Mathieu a un rythme tellement élevé » que le champion vedette peut « maintenir ce rythme pendant deux tours, mais pas pendant tout un cross ». A ce moment-là, la capitulation est inévitable : « Je devais continuer à mon rythme. Je suis revenu un peu, jusqu’à ce que je sois à nouveau en difficulté et que je doive concéder quelques secondes. J’ai dû ralentir à nouveau pour me retrouver ».

Lire Aussi  Giro Donne 2023, Annemiek van Vleuten remet immédiatement les pendules à l'heure : étape et maillot rose pour le championnat du monde – Quatrième place Elisa Longo Borghini

Après les bonnes performances des derniers XC, il faut maintenant se concentrer sur le Championnat du Monde, pour lequel l’ambition est grande. Il ne reste plus qu’une semaine », conclut-il avec confiance, estimant qu’en ce qui concerne son état de santé, « il n’y a plus grand-chose qui va changer », donc l’objectif est de « rester en bonne santé » et « après on verra ».

Chantal Martin