Les footballeuses passent par Arsenal WFC pour atteindre la finale de la Ligue des Champions

Ea phase finale a été marquée par de nombreuses erreurs, des crampes lancinantes et des moments saisissants. Les footballeuses du VfL Wolfsburg et d’Arsenal WFC se sont livrées à un combat jusqu’à l’épuisement, que les Allemandes ont remporté. Après un score de 2 à 2 au match aller, elles ont réussi à s’imposer 3 à 2 après prolongation au match retour à Londres.

Pauline Bremer, entrée en jeu pour la prolongation, a marqué le but décisif juste avant le coup de sifflet final dans un match remarquable. Mené rapidement au score par un but de Stina Blackstenius, Wolfsburg avait réussi à égaliser par Jill Roord et à prendre l’avantage entre-temps grâce à Alexandra Popp. Mais après un but de la tête de Jennifer Beattie, le match s’est poursuivi en prolongation, où les joueuses de Wolfsburg ont eu la fin la plus heureuse.

Des tâches délicates pour l’arbitre

De nouveau un stade à guichets fermés, dans lequel les hommes ont normalement le droit de jouer à domicile. Une fois de plus, une ambiance magnifique et des applaudissements nourris. Le duel entre les femmes d’Arsenal et le VfL Wolfsburg avait attiré 60.053 spectateurs dans le stade du nord de Londres. Et sur la pelouse, on pouvait à nouveau voir pourquoi le football féminin de haut niveau attire de plus en plus de supporters.

Aux finesses tactiques des deux équipes se sont ajoutés de nombreux duels acharnés et des tâches délicates pour l’arbitre. Pour de bonnes raisons, l’arbitrage vidéo est également utilisé dans la Ligue des champions féminine – et a pu apporter sa contribution peu après le début de la mi-temps, lorsqu’un but d’Arsenal, déjà frénétiquement acclamé, a été refusé en raison d’une position de hors-jeu.

Lire Aussi  Simone Inzaghi gagne-t-il avec l'Inter Milan ?

L’action courageuse des joueuses de Wolfsburg était aussi une fuite en avant. L’équipe de l’entraîneur en chef Tommy Stroot voulait absolument compenser un échec qui la menaçait au niveau national. En Bundesliga, le vainqueur en série court le risque de ne plus pouvoir rattraper le leader du Bayern Munich. En Coupe d’Allemagne, une victoire en finale le 18 mai contre le SC Freiburg ne serait plus qu’un standard.

Ce qui manque au VfL, après ses titres en Ligue des champions en 2013 et 2014, c’est un point d’exclamation international. Et pour cela, tout a été donné lors du match retour à Arsenal. Lena Oberdorf au milieu de terrain et Dominique Janssen à la tête de la défense, notamment, n’ont pas hésité à se battre dans les duels.

Contrairement au match aller, où le courage et la volonté avaient quitté les joueuses de Wolfsburg alors qu’elles menaient 2 à 0, cette fois-ci, elles ont poursuivi jusqu’au bout. La fuite en avant mène à Eindhoven. C’est là que se jouera la finale de la C1 entre Wolfsburg et le FC Barcelone le 3 juin.

Rémi Bernard