Commentaire d’Ersun Yanal sur la réglementation étrangère

Le directeur technique Ersun Yanal a évalué la nouvelle règle étrangère annoncée par la Fédération turque de football.

Dans sa déclaration, Yanal a rappelé que la Fédération turque de football avait annoncé la nouvelle règle sur les joueurs étrangers et a indiqué que la Turquie était 37ème au classement FIFA et 9ème au classement UEFA.

« UN TRAITEMENT RADICAL EST NÉCESSAIRE »

En déclarant que le nombre de joueurs turcs dans les cinq ligues majeures d’Europe est de 10, Yanal a déclaré : « Notre directeur technique est à zéro. Le nombre d’arbitres officiant lors des matches de la Coupe du monde 2022 est également nul. La Super League compte moins de spectateurs que la Bundesliga 2. Nous occupons la première place avec 133 dossiers de pénalités à la FIFA. 7 clubs de la Super League sont interdits de transfert. La dette totale des trois grands est supérieure à 30 milliards d’euros. Nous sommes le plus ancien championnat d’Europe. Nous sommes la ligue qui fait jouer les footballeurs étrangers les plus âgés et qui compte le moins de jeunes joueurs. En dix ans, nous avons transféré plus de 2 500 joueurs étrangers. Nous avons dépensé 1,5 milliard d’euros pour ces joueurs, selon un calcul approximatif. Qu’avons-nous accompli ? Rien du tout. La maladie est très claire, un traitement radical est nécessaire. Nous devons sauver le football non pas avec des analgésiques, mais en éliminant les facteurs qui causent la maladie.

Yanal a déclaré que la stabilité dans le sens de la gestion est nécessaire à partir de maintenant et a poursuivi ses propos comme suit : « La structuration à long terme dans chaque département, en particulier la gestion principale de la TFF, est la première étape de cette démarche. Car malheureusement, ceux qui prennent les décisions aujourd’hui ne regarderont même pas les matches à la télévision demain. La deuxième étape consiste à élaborer des plans et des programmes qui permettront à de grandes masses de jouer au football. Bien entendu, cela ne concerne pas seulement le football, mais aussi l’organisation sportive d’un pays. Nous devrions mettre en place une organisation de base dans des villes de football telles que Trabzon, İzmir, Kocaeli, Sakarya, Bursa, Eskişehir, Ankara, İstanbul, Antalya et Adana. De cette manière, nous pouvons créer des ressources en quantité et en qualité pour alimenter le football. Ensuite, nous devrions porter cette ressource au niveau de l’élite avec une bonne organisation, découvrir de nouveaux talents et produire une ‘politique de développement du football’ avec une structure académique adaptée à notre pays. »

Lire Aussi  Les matches de la Supercoupe d'Espagne se joueront en Arabie Saoudite

« NOUS DEVONS PRENDRE UNE DÉCISION URGENTE »

Notant qu’une organisation comme celle de l’équipe de Rennes en France peut également être mise en place en Turquie, Yanal a déclaré : « Avez-vous déjà vu une cuisinière qui chauffe la casserole par le haut ? C’est pourtant ce que nous faisons depuis des années. En d’autres termes, nous posons la casserole sur la plaque de cuisson et nous servons le plat par le côté chauffé. Le côté inférieur est toujours froid, insipide et non salé. En résumé : Nous avons besoin d’un changement dans le football qui s’applique à l’ensemble du pays. Nous devrions organiser la mission de la Super League pour au moins cinq ans plus cinq autres années, fixer des règles immuables et ne pas sacrifier ces règles aux intérêts des clubs. Mais nous devons aussi construire un avenir pour nos clubs et décider d’urgence pour qui nous gérons le football ».

Christine Aubert