Paris-Nice 2024, Matteo Jorgenson d’emblée parmi les protagonistes : « Ce sera une semaine de course agressive ».

Si l’on regarde le classement général après la première étape de la Paris – Nice 2024 Le nom de Matthew Jorgenson (Visma | Lease a Bike). Au kilomètre 140, le jeune Américain a pu gagner six précieuses secondes de bonification lors de l’arrivée en trombe à Montainville. Dans cette montée courte mais raide, Jorgenson a pu devancer deux concurrents de taille pour le classement général final, tels que Remco Evenepoel (Soudal-QuickStep) et Egan Bernal (Ineos Grenadiers), qui ont obtenu respectivement quatre et deux secondes de bonification.

Après l’étape, le coureur de Visma | Lease a Bike, qui confirme qu’il est l’un des vainqueurs probables de la courte course par étapes française, a expliqué à nos micros ce qui s’est passé à ce moment-là : « Il y avait un virage clé au km 140, avant l’arrivée en trombe. Avant l’étape, je n’avais pas l’intention d’aller chercher des secondes de bonification, je pensais qu’ils y allaient. Primož Roglič et Remco Evenepoel. Mon coéquipier Mick Van Dijke mais il a fait un excellent travail dans ce virage et j’étais en troisième ou quatrième position. Quelqu’un de Soudal-QuickStep a sprinté et j’étais là, je n’ai pas regardé en arrière, j’ai essayé et avec un peu de surprise j’y suis parvenu ».

Juste après la ligne d’arrivée volante, Evenepoel a essayé d’attaquer pour tenter de faire une sélection supplémentaire dans le groupe de tête, mais il n’a pas trouvé la coopération de Jorgenson. « Le reste de l’étape a été chaotique. Après le sprint, Remco voulait continuer, mais il restait Olav pour le sprint final, donc je n’ai pas tiré avec lui et finalement nous nous sommes regroupés.

Lire Aussi  Giro d'Italia 2023, Intermarché confirme que Bystrom sera au départ de l'étape 10 malgré la positivité au covid

Kooij a ensuite réussi à remporter l’étape grâce à un sprint fantastique, mais son coéquipier ne veut pas s’attribuer le mérite de ce succès. « Je n’ai pas participé au train du sprint final, je ne peux donc pas m’attribuer le mérite de la victoire d’Olav. Ce sont les deux frères Van Dijke (Tim et Mick, déjà cité) qui ont remporté la victoire. ndlr.) ont fait du bon travail et ils avaient un plan clair sur la façon d’aborder les ronds-points dans la finale. Olav était en bonne position et a gagné, c’était donc une bonne journée.

A la lumière de ce qui s’est passé à l’arrivée volante de cette première étape, on peut supposer qu’au cours des sept étapes restantes de ce Paris-Nice 2024, il y aura une lutte féroce pour les secondes entre les GC men, qui essaieront de se battre à chaque arrivée volante. Même Jorgenson, capitaine de son équipe dans cette compétition, le pense et est prêt à livrer bataille à ses adversaires. « Oui, c’est sûr, ce sera une course agressive », dit-il.

Chantal Martin