Q36.5, Frederik Frison de retour en selle après avoir été blessé par une morsure de chien : « Muscle déchiré, mais ça allait ; ma fille aurait pu être avec moi ».

Frederik Frison sort d’une année 2023 qui, en termes de résultats, a probablement été la meilleure de sa carrière. Le coureur belge avait décidé de parier sur l’avenir. Q36.5qui lui propose un contrat pour devenir un coureur clé, notamment dans les classiques d’un jour sur les pavés. Cependant, tous les plans de l’athlète, et de l’équipe, ont été bouleversés par un accident qui n’avait rien à voir avec le cyclisme. En effet, en février dernier, Frison a été victime de l’attaque d’un chien : la morsure de l’animal a provoqué une déchirure du muscle cremastere, ce qui l’a contraint à subir une intervention chirurgicale.

Je vais un peu mieux maintenant, mais je ne suis pas encore complètement rétabli », a déclaré Frison dans une interview accordée à Sporza – Je suis allé chercher ma fille à l’école et à un moment donné, un Weimaraner (chien de chasse) est venu me chercher. ndlr.) qui m’a attaqué. Au début, je n’arrivais pas à y croire, comment était-ce possible ? En gardant la tête froide, d’un côté on est en colère et de l’autre on se rend compte que cela aurait pu arriver à n’importe qui. Et je suis heureuse de ne pas avoir été avec ma fille à ce moment-là.« .

Les conséquences de l’attaque ont entraîné une longue période d’inactivité : « Le crémasterium (muscle qui entoure les testicules) a été détruit. éd.) était déchiré et l’un des deux testicules avait subi une contusion, de sorte qu’une opération d’urgence était nécessaire. Heureusement, tout s’est bien passé : le muscle a été reconstruit et la plaie a été suturée, bien qu’elle ne soit pas encore complètement cicatrisée à l’heure actuelle. J’ai recommencé à faire du vélo, mais je dois faire attention à ce que la cicatrice ne gonfle pas quand je roule.« .

Lire Aussi  CicloMercato 2024, Olav Kooij vers les adieux à Jumbo-Visma – Tosh Van Der Sande proche du renouvellement

Frison ajoute : « C’était un accident stupide, qui aurait pu avoir de graves conséquences. C’est dommage, car l’hiver s’était bien passé, je n’avais même pas eu de rhume. Et après ce qui s’est passé, j’ai traversé quelques moments de dépression. Maintenant, j’avance prudemment, mais j’aimerais pouvoir retrouver l’air des courses avant la fin du mois d’avril. Quatre jours de Dunkerque (14-19 mai), le Tour de Suisse (9-16 juin) et le Championnats nationaux. À ce moment-là, j’espère que ce qui s’est passé est maintenant complètement derrière moi, même si la cicatrice me le rappellera toujours ».

Chantal Martin